Petite histoire de la DRG

Les photographies, les récits, tout ce qui concerne le chemin de fer ancien.

Petite histoire de la DRG

Messagepar Rockandrail
19 Déc 2007, 00:38

H0


La majorité des modélistes Français s'intéresse principalement - et quoi de plus normal - aux compagnies de chemins de fer françaises et, plus communément à la SNCF. Des circonstances diverses ont entrainé mes intérêts modélistes vers les chemins de fer allemands, et plus particulièrement vers ce que l'on appelle communément l'époque II. Celle-ci s'étend, dans les grandes lignes en Allemagne, de la fin de la première guerre mondiale à la fin de la seconde.

Cette époque a vu l'unification des compagnies royales administrées par les anciens Länder et la mise en place d'un système de classification dont il subsiste encore aujourd'hui des réminiscences dans la DB de l'époque V. Elle a vu également la construction des grandes séries unifiées de locomotives à vapeur, les "noires à roue rouges" et l'évolution fulgurante de la traction électrique en courant alternatif. Dès 1938, les locomotives E19 étaient préparées pour rouler à 220 km/h en service commercial. Seule la guerre l'en empêcha

Afin de vous faire partager l'intérêt qui est le mien pour cette époque des chemins de fer dans cette partie de l'Europe, je me propose de développer, au fil du temps, en votre compagnie, un petit historique qui permettra, je l'espère, au plus grand nombre des amateurs de trains, d'enrichir un petit peu (oh, un tout petit peu) leurs connaissances des chemins de fers de nos voisins du nord-est.

Rock
Observateur désabusé
Prince Héréditaire du Bruxelbourg et Saroulmapoul délocalisé

Résistons à la dictature hygiéniste
Avatar de l’utilisateur
Rockandrail
Vertueux Du Goulag
 
Messages: 17525
Âge: 67
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:55
Localisation: Courbevoie (Paris)

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar Rockandrail
19 Déc 2007, 00:40

Eh bien, allons-y! 8-)

H1


Les chemins de fer Allemands à l’époque 2 : une petite histoire de la DRG


Entrée en matière – Les compagnies « royales » avant 1914

Lorsque le plan de numérotation et de classification unifiées voit le jour à la DRG (« Deutsche Reischsbahn Gesellschaft » - société des chemins de fer du Reich Allemand) en 1925, la toute jeune compagnie nationale de la République de Weimar a en fait intégré du matériel provenant de pas moins de huit administrations différentes.
Chacune avait ses normes propres, ses livrées, ses gabarits. De ces huit compagnies, deux ont marqué l’histoire des chemins de fer Allemands : la compagnie prussienne tout d’abord, car ce sont ses types de locomotives à vapeur et ses livrées qui ont donné naissance aux fameuses Pacific noires à roues rouges ; et la compagnie bavaroise ensuite, pionnière de l’électrification en courant alternatif. Dès 1914, une ligne commerciale est exploitée en traction électrique.

A tout seigneur tout honneur, nous allons donc commencer cette revue par une description des compagnies royales et de la numérotation des locomotives à vapeur. Sans remonter aux origines de chacune de ces compagnies, nous nous limiterons à la description de la situation à la veille de la grande guerre

1) Les chemins de fer de Prusse et de Hesse (Königlich Preußische und Großherzoglich Hessische Staatseisenbahn) réunis sous l’administration de la KPEV (Königliche Preußische Eisenbahn-Vervaltung)

kpev.gif


Dès 1903, l’administration de Prusse classifie ses locomotives en fonction de leur utilisation. Elle définit ainsi des « types ou catégories » (Gattung) :

1.1) Type S (pour « Schnellzuglokomotiven)

Locomotives pour trains rapides de voyageurs avec tender séparé, dont le diamètre des roues est supérieur ou égal à 1880 mm. Les S10 sont bien connues

1.2) Type P (pour « Personenzuglokomotiven)

Autres locomotives pour trains de voyageurs avec tender séparé. Les P8 sont tout aussi connues

1.3) Type G (pour Güterzuglokomotiven)

Locomotives pour trains de marchandises avec tender séparé. Devrons-nous citer les G12 ?

1.4) Type T (pour Tenderlokomotiven)

Locomotives avec tender non séparé. Elles portent le même type de désignation dans les chemins de fers Français : ce sont les loco-tenders. Il n’est pas fait de distinction entre le service voyageur express ou non et le service marchandises. Qui ne connaît les T18 ?

Nous verrons plus loin que ce partage en quatre types principaux sera retenu comme base de la numérotation à la DRG. C’est donc bien la Prusse qui impose sa marque sur les chemins de fer, comme elle l’a imposée à l’Allemagne entière lors de l’unification de 1870.

A l’intérieur de ces classifications par utilisation, les locomotives se voient attribuer des numéros de série écrits en chiffres arabes. Les locomotives mises en service en 1903 se verront attribuer le chiffre 3 (S3, P3, G3, etc.). Les locomotives plus anciennes intégrées dans la numérotation porteront des numéros inférieurs. Les séries postérieures suivront l’ordre numérique. Les versions successives d’une même série seront identifiées grâce à un chiffre en exposant (exemple : T14, puis T141)

Directions régionales

L’administration prussienne était partagée en directions régionales. Le nom de cette direction (par exemple Eberfeld, Köln, Berlin) et un numéro d’immatriculation étaient inscrits sur une plaque située à gauche et à droite de la boîte à fumée. Les plages de numéros étaient pré attribuées pour chaque série. Les types S avaient les plus petits numéros (exemple pour les S3 : numéros 201 et suivants) ; les types T avaient les plus grands numéros (exemple pour les T14 ; numéros 8501 et suivants).

Le numéro de série quant à lui était indiqué sur les flancs de la cabine de conduite (S3, T14).

Ce type de numérotation était utilisé de manière identique par toutes les directions régionales. On pouvait donc avoir, par exemple,

Une T14 8501 Hannover
Une T14 8501 Berlin

Et ainsi de suite pour les 18 directions.

La livrée de dernière génération des locomotives des KPEV est généralement d’un vert sombre tirant sur le brun (le fameux « Graubraun » qui sera repris initialement par la DRG et survivra pour la livrée des voitures). Les flancs et la porte de la boîte à fumée sont noirs, le châssis et les roues sont rouge sombre, nettement moins rouge que le rouge DRG qui a survécu à la DB
Observateur désabusé
Prince Héréditaire du Bruxelbourg et Saroulmapoul délocalisé

Résistons à la dictature hygiéniste
Avatar de l’utilisateur
Rockandrail
Vertueux Du Goulag
 
Messages: 17525
Âge: 67
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:55
Localisation: Courbevoie (Paris)

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar Rockandrail
19 Déc 2007, 00:41

Bientôt la suite.... :D
Observateur désabusé
Prince Héréditaire du Bruxelbourg et Saroulmapoul délocalisé

Résistons à la dictature hygiéniste
Avatar de l’utilisateur
Rockandrail
Vertueux Du Goulag
 
Messages: 17525
Âge: 67
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:55
Localisation: Courbevoie (Paris)

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar Le Basque
19 Déc 2007, 01:30

Voila une excellente initiative !

Je suis quant à moi complètement ignare sur l'histoire des chemins de fer européens, mais cette introduction me donne envie d'en savoir plus. En plus, cela éclaire sur les choix modélistiques que nous avons pu faire et que nous pourrions faire.

Si à une époque encore proche j'étais l'adepte du mélange d'époque et de compagnie, j'essaye à présent de recentrer tout cela.
Avatar de l’utilisateur
Le Basque
Valideur Des Guichets
 
Messages: 14387
Âge: 63
Enregistré le: 13 Déc 2007, 21:53
Localisation: Paris-Cote Basque

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar Rockandrail
19 Déc 2007, 10:43

Le Basque a écrit:Voila une excellente initiative !

Je suis quant à moi complètement ignare sur l'histoire des chemins de fer européens, mais cette introduction me donne envie d'en savoir plus. En plus, cela éclaire sur les choix modélistiques que nous avons pu faire et que nous pourrions faire.

Si à une époque encore proche j'étais l'adepte du mélange d'époque et de compagnie, j'essaye à présent de recentrer tout cela.


:D Pour que l'on puisse retrouver ses jeunes dans le fil, qui va immanquablement dériver de temps en temps, je vais chapitrer les posts du sujet. Comme ça, ceux qui souhaitent récupérer l'info au fur et à mesure pourront le faire.

Pour faire simple, chaque post comprendra un "H" en tête suivi d'un numéro d'ordre. Je commence avec H0 pour le préambule. ;) (Non, ce n'est pas un hasard).
Observateur désabusé
Prince Héréditaire du Bruxelbourg et Saroulmapoul délocalisé

Résistons à la dictature hygiéniste
Avatar de l’utilisateur
Rockandrail
Vertueux Du Goulag
 
Messages: 17525
Âge: 67
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:55
Localisation: Courbevoie (Paris)

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar decstef_be
19 Déc 2007, 14:48

Merci Pierre pour cette excellente initiative !

En tant que grand amateur de loco's vapeur noires à roues rouges, pourrais-tu me conseiller sur des livres à propos des trains teutons de l'epoche III.
Si possible très illustrés car je ne cause ni ne lit le Walkirien.
Bien sûr, si cela existe en français (et même éventuellemet en flamand :ange2: ), je suis aussi preneur.

a+
Stef
Stef, Saroulmapoul, ex "de base (I)"
Directeur es Peintures et Ravalements des Saroulmapoul
Chairman of the TRR (fully Corpetized)
Feeder Official Supplier
Avatar de l’utilisateur
decstef_be
Couque et Chimay
 
Messages: 1328
Âge: 54
Enregistré le: 15 Déc 2007, 11:42
Localisation: Namur Belgique

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar Rockandrail
19 Déc 2007, 15:06

decstef_be a écrit:Merci Pierre pour cette excellente initiative !

En tant que grand amateur de loco's vapeur noires à roues rouges, pourrais-tu me conseiller sur des livres à propos des trains teutons de l'epoche III.
Si possible très illustrés car je ne cause ni ne lit le Walkirien.
Bien sûr, si cela existe en français (et même éventuellemet en flamand :ange2: ), je suis aussi preneur.

a+
Stef


Tout ce que j'ai est en allemand. Je te donnerai le nom de l'éditeur ce soir.
Observateur désabusé
Prince Héréditaire du Bruxelbourg et Saroulmapoul délocalisé

Résistons à la dictature hygiéniste
Avatar de l’utilisateur
Rockandrail
Vertueux Du Goulag
 
Messages: 17525
Âge: 67
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:55
Localisation: Courbevoie (Paris)

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar domi
20 Déc 2007, 00:15

DRG? Ah, je croyais que ça voulait dire "Denver et Rio Grande Western".... :ange: :mdr2:

Domi, qui :arrow:
"La termitière future m'épouvante, et je hais leur vertu de robots."
Avatar de l’utilisateur
domi
FL 300
 
Messages: 4993
Âge: 56
Enregistré le: 18 Déc 2007, 12:10
Localisation: Neuilly sur Seine (92) et La Petite Verrière (71)

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar Rockandrail
20 Déc 2007, 00:29

domi a écrit:DRG? Ah, je croyais que ça voulait dire "Denver et Rio Grande Western".... :ange: :mdr2:

Domi, qui :arrow:


Y a vraiment des c de p au c qui se perdent :mdr:

Bon. reprenons!
Observateur désabusé
Prince Héréditaire du Bruxelbourg et Saroulmapoul délocalisé

Résistons à la dictature hygiéniste
Avatar de l’utilisateur
Rockandrail
Vertueux Du Goulag
 
Messages: 17525
Âge: 67
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:55
Localisation: Courbevoie (Paris)

Re: Petite histoire de la DRG

Messagepar Rockandrail
20 Déc 2007, 00:32

H2


2) Les chemins de fer de Bavière et du Palatinat (Bayerische Staatsbahn et Pfalzbahn der Königlich Bayerischen Staatseisenbahn) réunis sous l’administration de la K.Bay.Sts.B. (Königliche Bayerische StaatseisenBahn)

kbay.gif


L’ancienne numérotation bavaroise utilise les lettres A à E pour désigner le nombre d’axes moteurs des locomotives. Les locomotives de série A sont donc des locomotives à un seul axe moteur, les locomotives B sont des locomotives à deux axes moteurs accouplés, etc.

Les axes directeurs (bogies et bissels) sont totalement ignorés par ce système.

Chaque nouvelle locomotive correspondant à l’une des séries A à E se voit attribuer un numéro d’ordre en chiffres romains. La AI voit le jour en 1841, suivie de la AII en 1847 puis de la AIII en 1851. Rien dans cette classification n’indique s’il s’agit d’une locomotive pour trains rapides, pour marchandises, avec tender séparé ou non.

A titre d’exemple, la CIV est une locomotive pour trafic marchandises construite en 1884 avec trois axes moteurs accouplés (Une 030 en désignation française) ; la CV est une locomotive pour trains rapides construite en 1896 avec 3 axes moteurs accouplés et un bogie avant à deux axes. (Une 230 en désignation française).

Les lettres D et E ne seront finalement jamais utilisées, et, dès 1901, la Bavière met en place un nouveau système de numérotation qui se rapproche de celui adopté à peu près en même temps par la Prusse. Les types suivants sont définis :

2.1) Type S (pour « Schnellzuglokomotiven » - locomotives pour trains rapides de voyageurs)
2.2) Type P (pour « Personenzuglokomotiven » - locomotives pour les autres trains de voyageur)
2.3) Type G (pour « Güterzuglokomotiven » - locomotives pour le trafic de marchandises)
2.4) Type R (pour « Verschiebelokomotiven – locomotives de triage - on dira ensuite Rangierlokomotiven)

A l’exception des locomotives de triage, les locos tender des types respectifs sont identifiées par la lettre « t » minuscule après leur numéro.

A ces types principaux, il convient d’en ajouter trois autres :

2.5) Type L (pour « Lokalbahnlokomotiven » - locomotives de chemins de fer d’intérêt local)
Il s’agissait de petites locomotives en service sur des ligne secondaires concédées à des exploitants communaux ou intercommunaux.

2.6) Type s (petit « s ») (pour « Schmalspurigenlokomotiven » - locomotives pour voies étroites)
2.7) Type z (petit « z ») (pour « Zahnradlokomotiven » - locomotives à crémaillère)

La désignation se présente sous la forme d’une fraction présentant au dénominateur le nombre total d’axes de la locomotive et au numérateur le nombre d’axes moteurs.

Ainsi, une locomotive pour trains de voyageurs rapide comportant six axes dont trois moteurs accouplés sera désignée par S3/6.

Il est à noter que cette désignation ne tient pas compte de la disposition relative de ces axes. Une S3/6 peut aussi bien être une 231 qu’une 132. En pratique, le nombre plus restreint de types de locomotives mises en service par la Bavière a permis d’éviter les confusions.

La livrée de dernière génération des locomotives des K.Bay.Sts.B. est uniformément verte à l’exception des flancs et de la porte de la boîte à fumée. Les roues sont du même vert que le corps de la locomotive. Les locomotives du Palatinat ont par contre des roues rouges.


Avec ces deux compagnies, nous totalisons largement plus de la moitié des locomotives qui seront intégrées dans la nouvelle administration centrale du Reich mise en place à partir de 1919 et finalisée en 1925. Toutefois, un nombre moins important, mais composé pour certaines de locomotives emblématiques des autres compagnies se verra intégré à la DRG. Nous allons donc brièvement passer en revue leurs systèmes de numérotation.
Observateur désabusé
Prince Héréditaire du Bruxelbourg et Saroulmapoul délocalisé

Résistons à la dictature hygiéniste
Avatar de l’utilisateur
Rockandrail
Vertueux Du Goulag
 
Messages: 17525
Âge: 67
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:55
Localisation: Courbevoie (Paris)

Suivante

Retourner vers Histoire ferroviaire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités