Page 1 sur 83

Chemin de fer du Vivarais

MessagePosté: 11 Avr 2008, 18:48
par Soldier of fortune

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 11 Avr 2008, 19:10
par Rodolphe
Quand on tire sur la ficelle pour tenter de faire le plus de bénéfices possible sans le moindre investissement il ne faut s'étonner de rien. Ca a commencé par l'arrêt forcé des emblématiques Mallet....

Discussion en cours sur PME :
http://www.passion-metrique.net/passion_phpbb/viewtopic.php?t=2729

Rodolphe

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 11 Avr 2008, 19:11
par Rodolphe
Je déplace dans la rubrique dédiée ;)

Rodolphe

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 11 Avr 2008, 21:33
par BRUNO L
Bonsoir a tous. Mauvaises nouvelles du Vivarais ! Encore un de plus qui va avoir du mal à renaitre. Il faut se douter que le matériel et surtout la voie se fatigue. Sans entretien constant, les pépins arrivent vite. Le Référenciel, réglementation des chemins de fer touristique, a eu du bon et du mauvais. Du bon pour obliger la rénovation des voies, ( il n'y a rien de pire que de dérailler avec des passagers dans le convoi, même et heureusement sans blesser personne ), du mauvais car on applique les mêmes règles que l'on roule à 25 ou 60 à l'heure. Sécurité oblige ! Quant a la vapeur, alors là, on tombe dans un domaine ou le parapluie est roi !!! Sans parler de l'amiante ! Le personel, on peut toujours le former et les jeunes sont aussi capable d'entretenir et de faire rouler des trains que les anciens. Esperons que le Mastrou va siffler a nouveau après quelques vacances . Bruno , ancien mécano du train de Marquèze.

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 11 Avr 2008, 22:10
par POMidi
Bonsoir,

J'ai lu tout cela. C'est très triste d'en être arrivé là. :bof:
Un réseau qui avait 4 Mallets. Quoi qu'on en dise la clientèle était là. Avec l'ancienne équipe, en 1982, l'on m'avait raconté que l'on faisait beaucoup de "3ème âge", les trains étaient pleins. C'est sur que comme la dit 130 HSP (sur PME je crois) une vapeur ça se prépare et ça ce bichonne. Quand les touristiques sont bien gérés cela marche. Pour preuves: le CFBS, les touristiques Allemands, Autrichiens.

Contrairement à ce que j'ai pu lire je ne crois pas aux vertus d'une exploitation réduite: pour être attractif il faut pouvoir choisir son horaire, il faut qu'il y est de la vapeur. Un complément peu venir avec des autorails pour assurer le retour et le ramassage des randonneurs et promeneurs. C'est ce que l'on avait fait en 82 en montant avec le train vapeur et en redescendant avec le billard. Les gens qui avaient en charge l'exploitation ces derniers temps ont gâché un bijou, un merveilleux réseau.

L'on peut aussi insister sur le rôle négatif de RFF (une fois de plus) :bof: : 50 000 €/an c'est énorme au vue de la longueur du parcours. Et je crois que l'idée de déménager le dépôt était une grosse c... : abandonner des installations d'époques pour une entrée de parc d'attraction crée de toutes pièces !

Il me semble que le CFBS avec un service sérieux, partagé entre les bénévoles et les salariés, des trains permettant de choisir son heure et son parcours et la connexion avec le grand réseau à Noyelle à choisit la voie de la sagesse et de la réussite. La nouvelle régie qui exploitait le Vivarais depuis 2003 a fait le contraire, tout ce qu'il ne fallait pas faire.

Je suis persuadé qu'il s'agit d'une très mauvaise nouvelle et d'un très mauvais coup porté au patrimoine ferroviaire.

Pierre,
dépointé et en colère.

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 11 Avr 2008, 22:21
par Zébu
Sans compter le projet de pôle commun entre le Vivarais et Ardèche Miniature !

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 11 Avr 2008, 23:19
par 130HSP
J'avais fait un tour sur le Vivarais il y a une quinzaine d'année , monté en Billard et descente en Mallet et en machine (heureux je fus).C'est TDS qui à dit que ce réseau à souffert d'un empilement d'erreurs .
-Vouloir garder la voie d'origine (du 18 ou 20kg au métre)
-Ne jurer que par des chaudieres foyer cuivre et riveté (la réparation faite sur le foyer en autriche était égal au coût d'une chaudiére neuve en acier soudé)
- Un manque total de vision à long ,trés long terme .
- Un entretient fait à minima
-La longueur du trajet super, pour des amateurs mais peut être trop long pour des enfants.
-La structure , une societé, et une asso de bénévoles n'ayant pas droit au chapitre ou si peu
- Une phase "grosse tête"
- Le jour de mon passage le chauffeur était un bénévole de longue date , eh bien il mettait au feu sur les indications du mécanicien . Le mécano lui disait ou , la quantité , et du gros ou du grenu .
- Y a pas à dire , ça doit motiver un bénévole un tel manque de confiance , et impossibilité de pouvoir tenir un jour le régulateur(dixit le chauffeur).

Quand à la redevance à RFF payé par le Vivarais, il en fut de même pour le CFBS, entrer dans la gare de Noyelles , un agent SNCF était présent pour faire les aiguilles , et ce pendant des années le coût représentait une année de salaire du dit agent pour des circulation le WE , le mercredi de fin juin à début septembre .
Si la ligne avait été classé MH il n'y aurait plus de probléme avec le tronc commun , et RFF à oublié l'utilité du 3éme rail lors du déraillemnt d'un wagon . 3éme rail qui à évité la destruction des supports du pont .
Reste à espérer que les artisants et commerçants de la région fassent comprendre aux CG 07 que le train avait un impact important sur le CA du commerce régional .

1968 fermeture de la ligne , re belotte en 2008 bonjour tristesse ,suis comme toi Pierre , vidé , marre des technocrates . Dans un post sur PME , TDS nous dit que le directeur de la SEM n'a jamais pris le train . Y a des coups de pelle qui se perdent . :diable2: :diable2: :diable2: :diable2:

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 20 Avr 2008, 14:39
par POMidi
Bonjour,

Merci à Jean Michel pour cet éclairage.

Je suis passer hier à Tournon et à Lamastre. Pour mettre dans l'ambiance, voici ce que l'on voit en arrivant près de la gare du Vivarais à Tournon:


Dire que cela fend le cœur ! :cry:

En visitant ensuite les lieux, c'est un spectacle de désolation. Aucun rapport avec le Vivarais que j'ai connu en 1982 avec 4 Mallets en feux. Les Mallets sont en pièces détachées, le matériel est globalement en bien triste état. Comment un réseau qui faisait rouler d'aussi longs et beaux trains en est-il arrivé là ?

Même s'il y a eu des erreurs de gestion, si le CG07 n'y connaissait rien en touristique, si RFF a largement contribué aux difficultés, même si gérer un chemin de fer touristique n'est pas rose tous les jours, il y a quand même la décrépitude d'une collection remarquable alors qu'il avait des salariés pour faire ces travaux. Je ne comprend pas et je suis écœuré :malade:

Pour vous donner une illustration, et je ne vous montre que le matériel qui semble en état de rouler:



Pas plus de commentaires, pour l'instant. Mais c'est un coup dur porté à ce qui représentait ce qu'il reste des réseaux à voie métriques "lourds" en France (par opposition aux tacots des bords des routes).

Salutations amicales.

Pierre

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 21 Avr 2008, 10:48
par jmcar17
Reçu ce jour d'un collègue délégué régional de la FFMF, à diffuser largement


Siège : la gare Boucieu le Roi (07300)
Adresse administrative : Avenue de la Gare 07300 Tournon
http://www.trainduvivarais.org" target="_blank


NE LAISSONS PAS MOURIR
LE CHEMIN DE FER DU VIVARAIS

Le 10 avril, le conseil général de l’Ardèche, actionnaire majoritaire du Chemin de Fer du Vivarais prenait la décision de suspendre les circulations du Mastrou.
Comment en sommes nous arrivés là ?
A la fermeture du réseau des CFD en 1968, une poignée d’amateurs décident de sauvegarder 33 kilomètres de ligne entre Tournon et Lamastre. Sans aucunes aides, ils vont conserver un patrimoine exceptionnel : 9 machines à vapeur, des autorails et une centaine de véhicules remorqués. Au fil des années, ils vont devenir un des tout premiers chemins de fer touristique français. Mais cette ligne musée sera aussi un des tous derniers bastions de la vapeur en France et un des derniers représentants de ces réseaux secondaires qui sillonnaient jadis notre pays.
En 1968, il n’existe aucun statut pour un chemin de fer touristique. Le chemin de fer du Vivarais se verra donc contraint d’acheter son matériel roulant, sa voie ferrée, ses gares… Le CFV est aujourd’hui un des seuls chemins de fer propriétaire de ses infrastructures et de son matériel, à charge pour lui d’assumer la totalité de l’entretien et des réparations.
Si l’exploitation du CFV est bénéficiaire, ces maigres bénéfices ne permettent que l’entretien courant du matériel et en aucun cas les investissements importants nécessaires pour du matériel en grande partie plus que centenaire et une réglementation se renforçant.

Après avoir fonctionné sans aucune aide de collectivités publiques ou locales pendant 35 ans, le département de l’Ardèche devenait actionnaire du CFV en 2OO4. Cependant, aucun changement n’intervenait dans le fonctionnement du Mastrou, certains investissements étaient réalisés mais en grande partie sur les fonds propres du chemin de fer, créant ainsi un déficit d’exploitation et ne permettant en aucun cas la réalisation des rénovations nécessaires à la pérennité du Mastrou. Si 7km de voies ont été refaits, les locomotives à vapeur ne sont pas en état de circuler en ce début de saison et le parc remorqué n’a pu être remis en état.
Depuis 40 ans, les bénévoles de l’association SGVA se sont battus pour que vive ce train. Ils ne peuvent se résoudre à voir disparaitre cette magnifique ligne musée, premier site touristique de l’Ardèche du nord et attirant chaque année 60 000 visiteurs.
Oui, le chemin de fer du vivarais est viable économiquement parlant. Pour cela il faut que la gestion de ce chemin de fer soit identique à celle des autres chemins de fer touristiques ; à savoir :
- que l’infrastructure et son entretien soient confiés aux collectivités locales.
- qu’une société compétente ait en charge l’exploitation et l’entretien courant du matériel.
A ce jour, seule une mobilisation générale de tous (locaux, élus, passionnés de chemin de fer) permettra de sauver le Mastrou. Il n’est pas trop tard.
C’est pourquoi nous vous invitons à envoyer le courrier suivant à :
Monsieur le Président du Conseil Général
Hôtel du département
Quartier la Chaumette, BP 737
07007 PRIVAS cedex
Ou par email au président du conseil général à l’adresse suivante :
pascal.terrasse@wanadoo.fr" target="_blank
Il faut agir rapidement et avec force. Une action similaire avait permis il y a quelques années la sauvegarde des chemins de fer de Provence.

Nous comptons sur vous.
Merci
N’hésitez pas à faire des copies et à diffuser très largement ce courrier


Nom
Prénom
Adresse



Monsieur le président du Conseil Général de l’Ardèche,

Nous ne pouvons accepter l’idée que le chemin de fer du Vivarais puisse disparaitre.
Depuis 40 ans ce fleuron des trains touristiques français a accueillit 2 millions de voyageurs et est le moteur touristique de l’Ardèche du Nord.
Pendant toutes ces années, son exploitation a apporté la preuve de sa rentabilité, ne permettant pas cependant la réalisation de tous les investissements nécessaires à la rénovation de son matériel et de son infrastructure. Il est cependant à noter que, sur n’importe quel chemin de fer touristique plus récent, ces investissements seraient, de par la loi, du ressort des collectivités locales.
C’est pourquoi, à ce titre et au titre d’actionnaire principal de la SEM du Chemin de Fer du Vivarais, nous vous remercions de bien vouloir intervenir pour assurer la pérennité et la remise en état du Mastrou.
Pour un investissement équivalent à celui d’un équipement sportif, vous participeriez ainsi à la sauvegarde d’un patrimoine inestimable. De plus, le CFV c’est 15 emplois directs, des dizaines d’emploi s indirect. Outre le fait d’être un des tous premiers employeurs de la vallée du Doux, c’est le premier pourvoyeur d’image de cette région.
Nous sommes persuadés que, comme nous, vous ne pourrez laisser mourir le Mastrou et que vous allez tout mettre en œuvre pour un redémarrage rapide de l’exploitation.
En vous remerciant pour votre contribution au sauvetage de ce patrimoine ferroviaire national, nous vous prions de recevoir Monsieur le Président l’assurance de toute notre gratitude.

Re: Chemin de fer du Vivarais mal au point

MessagePosté: 21 Avr 2008, 14:10
par Lavoie Desonmètre
L’ARGENT SUFFIRA T’IL POUR SAUVER LE MASTROU?

Pour sauvegarder cette ruine ferroviaire, qu’était le Mastrou à sa fermeture en 1968 et en faire la référence des trains touristiques français, il aura fallu à quelques « farfelus », 35 ans de passion, de bénévolat, de ténacité, dans sa gestion.

Au passage, ils étaient devenus aussi propriétaire de 30 Km de ligne.

En 2004, contraints entre autre, par une maintenance de matériel et de renouvellement de voie trop lourd, pour eux, ils deviennent minoritaires d’un partenaire financier, ce dernier, « Conseil Général » a mis à la tête de cette nouvelle structure Touristique « SAEML » un cadre salarié n’ayant aucune compétence ferroviaire.

Bilan : Un potentiel client maintenu, mais entassé dans un seul train vapeur, au lieu de 3 certains jours par le passé « alors que le but du C.G. était de doubler le nombre de voyageurs ».

Un matériel mal entretenu, 9 engins moteurs HS sur 10 en service il y à 4 ans. "Le seul engin disponible à ce jour Un Billard A150D et sa remorque".

Des travaux de voies de remise à niveau qui ne respectent pas le calendrier. Un personnel qualifié, licencié, ou démissionnaire (8 en 4 ans).

En plus de la quinzaine de salariés SAEML, la SGVA, a fourni plus de 420 journées de main d’œuvre « gratuite » par an, et sous prétexte de non ingérence dans une entreprise privé, se contente de regarder son matériel ferroviaire «sous convention de prêt et de maintenance » se dégrader, misérablement.

Les divers responsables, SAEML et SGVA, ont même été mis en garde à plusieurs reprise, de cette gestion aventureuse.

Résultat : Une fermeture précipitée, un lendemain d’élections, malgré une campagne publicitaire engagée, des partenaires, fournisseurs, clients et surtouts salariés tenus à l’écart de cette décision, mise sur le compte de la soudaine vétusté, du non respect de la sécurité et du confort du client ?

MAIS DE QUI SE MOQUENT ON ?



A ne pas oublier qu'un bénévole « SGVA » notre camarade George Poncet, a été tué accidentellement en service commandé, le 1 Août 2006 (très certainement à cause de deux voitures danseuses, un peu trop déchaînées) Le train n'a pas été arrêté un seul jour ?

Alors que sur Viaduc 07 en 2004, un salarié à un pied et une main sectionnés, en tombant d'un Autorail (par sa faute), le train a été immobilisé plusieurs semaines, pour enquête. Aujourd'hui plusieurs années après la procédure n'est pas éteinte, contre le président bénévole.

Il faut dire que dans un cas l'élu est le principal actionnaire et la victime un brave garçon, dont je crois savoir que la famille n'a pas reçu un centime.

Dans l'autre la victime et le fils d'un élu du peuple, et le gestionnaire un simple citoyen.

CHERCHER L' ERREUR



TOUT N'EST PAS PERDU

Aujourd'hui le chemin de fer du Vivarais à un très grand potentiel de sympathie, bénéficie d' une prise de conscience par le monde du commerce de son grand intérêt économique et a encore une très grande notoriété touristique, pour les passionnés que nous sommes, il à aussi une grand valeur patrimoniale.

C'est un musée vivant que nous pouvons sauver si nous faisons entendre nos arguments au Conseil Général de l'Ardèche l'actuel actionnaire majoritaire.

Cordialement

Pierre Malfay