Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Les photographies, l'actualité, tout ce qui concerne le chemin de fer réel actuel.

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar EC64
03 Mai 2018, 17:32

Je n'en doutais pas.
Nous avons tous des exemples ou des collègues ou des supérieurs n'ont pas les compétences que nous attendons d'eux et ne sont donc pas à priori à leur place. Il y a bien longtemps que la politique de la SNCF a tout fait pour tuer l'esprit cheminot et la transmission du savoir cheminot. Des jeunes cadres se plaignaient d'attendre longtemps (des années) pour atteindre des postes de responsabilité considérant que la période de formation était trop longue et peut-être inutile (est-ce utile qu'un polytechnicien ou un centralien sache conduire un train, réguler les trains, tenir un poste de district ? ). Et quand ils arrivaient aux postes de responsabilité, ils avaient été "pollué" par l'esprit cheminot (comprendre ils connaissaient le métier et les agents). Il fallait "du sang neuf" d’où une mise en place de jeunes diplômés dans des postes de responsabilité avec les conséquences que l'on observe. Pour ces jeunes, la vie n'est pas forcément belle, coincé entre les exigences managériale de l'entreprise et des agents pas toujours compréhensifs, à juste titre, si le jeune est un peu "raide". Heureusement, on rencontre des jeunes qui apprennent vite en s’appuyant sur leurs collaborateurs. Pour simplifier, il y a le jeune cadre qui reste enfermé dans son bureau et dirige au téléphone et celui qui sait boire le coup avec son équipe. Reste à savoir celui qui sera le mieux noté !
Finalement, il y a tellement de cas de figures qu'il est difficile de généraliser un comportement à partir d'un cas observé. Il y a des bons et des mauvais à tout les niveaux de la hiérarchie et dans toutes les fonctions.
Avatar de l’utilisateur
EC64
Bavard
 
Messages: 3056
Âge: 67
Enregistré le: 12 Mai 2013, 09:25
Localisation: Paris (F)

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar domi
04 Mai 2018, 13:03

Léonard Demarcq a écrit:
domi a écrit:... Euh, les gars, pour le profane, c’est quoi, les ‘Qualif G’ ? :?:

Domi


Sans titre.jpg


Un agent SNCF est placé sur une qualification, de A (bas de l'échelle) à H. Il y a aussi les qualifs TA et TB pour les conducteurs.
Les cadres dirigeants sont sur les qualifs G et H.

Pour chaque qualif, il y a des positions de rémunérations possibles. Par exemple, pour un conducteur de ligne (TB), on part de 10 et on finit à 19.

Dans le tableau, tu as le coef de rémunération, qui te permet de voir qu'un qualif H est mieux payé qu'un qualif A, mais ce n'est pas proportionnel!
La position 02, c'est le SMIC.

Moi je suis à 18, et 19 dans un an ou deux.

En plus, tu as des majorations à l'ancienneté.


Merci pour le tuyau. :cool:

Domi
"You may not be aware that I’m the captain’s sexual adviser.”

“Well, no, I didn’t know that.”

“Yeah, because whenever I speak up, he says, ‘If I want your fucking advice, I’ll ask for it.’ ”
Avatar de l’utilisateur
domi
FL 300
 
Messages: 4471
Âge: 54
Enregistré le: 18 Déc 2007, 11:10
Localisation: Neuilly sur Seine (92) et La Petite Verrière (71)

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar SAVAJOL
17 Mai 2018, 15:22

Des infos d'outre-manche où ils ont visiblement des soucis avec l' "East Coast main line":

http://www.iktichaf.info/pionnier-de-la ... de-trains/

Et plus généralement:

https://www.humanite.fr/transport-ferro ... ion-654786

On y parle d'un abonnement à 11000 Euros par an ... :shock:
RMB Gennevilliers
SAVAJOL
 
Messages: 367
Âge: 45
Enregistré le: 24 Fév 2013, 12:34

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar CarloDiGhega
19 Mai 2018, 13:23

le modèle français (EPIC, monopole de l'état) et le modèle du Royaume Unie (privé, beaucoup des entreprises différentes) me semblent les deux extrêmes dans le monde ferroviaire de l'Europe.

Entre les deux il y'a les autres pays plutôt organisées comme le suivant:

(1)il y'a plusieurs entreprises ferroviaires, majoritairement dans les mains des organismes publics (état, régions, communes), minoritairement vraiment privés.

(2)toutes ces entreprises sont organisées selon le droit privé, comme SARL ou SA, SAS etc...

(3)notamment pour le transport du fret et pour les trains régionales, rarement pour les voyageurs grandes lignes, il y'a depuis la libéralisation des nouveaux entreprises privées. Mais une grande partie de ces entreprises sont aussi majoritairement (directement ou indirectement, entièrement ou partiellement) dans la main des organismes publiques.
Avatar de l’utilisateur
CarloDiGhega
Bavard
 
Messages: 1196
Âge: 52
Enregistré le: 12 Jan 2010, 21:36
Localisation: region parisien (78)

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar SAVAJOL
21 Mai 2018, 09:21

On peut voir ça comme ça ...
Mais moi, je n'en vois qu'un, de système, parmis les exemples de grands réseaux en Europe :

Privé, mais avec des subventions publiques ou des sauvetages publiques et financement infrastructure publique.
Publique, avec des subventions publiques et financement infrastructure publique.

Ce qui revient au même, sauf :
La différence entre les 2: les dividendes par l'accroissement du coût des billets ou par la baisse de salaire/conditions de travail des employés ou encore par l'augmentation des subventions publiques (nos impôts) ... Voir les trois.
Si augmentation du coût des subventions, rognage sur d'autre pans économiques de la société comme les aides sociales ou le budget de l'hôpital ... Ou les routes !!! Nan ? Ah bontenpis :mrgreen:
RMB Gennevilliers
SAVAJOL
 
Messages: 367
Âge: 45
Enregistré le: 24 Fév 2013, 12:34

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar CarloDiGhega
21 Mai 2018, 22:47

Je ne vois pas la grande dégradation des conditions de travail en Italie, Allemagne ou Autriche avec la transformation des entreprises du droit public vers les entreprises du droit privés. Par contre, notamment pour les ÖBB je peux dire, avec la réorganisation comme société du droit privé beaucoup des dysfonctionnements disparaissaient (q'elle avait déjà moins que la SNCF).

Une bonne exemple de la histoire proche: une commande des 17 TGV seulement pour "sauver l'usine", donc pour du populisme d'un président, n'est pas faisable avec une entreprise de droit privé, le PDG et autres responsables risquèrent au cas pire d'aller au prison pour malversation...

Pareillement tu ne peux pas construire des lignes ferroviaires sans d'accord financière entre l'état et l'entreprise d’infrastructure (comme Sarko faisait avec "ses" LGV), le financement doit être claire comme l'eau du robinet.

A l'autre coté une entreprise ferroviaire indépendante voudrait réclamer assez tôt le nécessaire concernant la maintenance et modernisation des lignes classiques, dire autrement, réfléchir elle-même et ne pas faire seulement comme dit. Par contre si elle ne réfléchit pas elle-même ou dans une manière pas économique, elle prends certainement et très rapidement le chemin vers le démantèlement, mais c'est plutôt logique et nécessaire.
Avatar de l’utilisateur
CarloDiGhega
Bavard
 
Messages: 1196
Âge: 52
Enregistré le: 12 Jan 2010, 21:36
Localisation: region parisien (78)

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar CarloDiGhega
21 Mai 2018, 23:33

Cette chemin vers le démantèlement la SNCF prends aussi, mais elle-même, le fret n'existe quasiment plus, les TER et Intercités sont au minimum, les trains de nuit abandonnés... seulement le TGV, qui fonctionne.

Dans une situation comme cela, si tu as plusieurs entreprises, il y'a des autres, qui remplissent le vide économique laissé par une entreprise. Et ça, c'est la chose, qui n'est pas possible en France, quand il y'a que la SNCF.
Avatar de l’utilisateur
CarloDiGhega
Bavard
 
Messages: 1196
Âge: 52
Enregistré le: 12 Jan 2010, 21:36
Localisation: region parisien (78)

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar domi
22 Mai 2018, 07:58

D’accord, mais même avec l’entrée en scène des intervenants privé, le fret continue de péricliter. :roll: Alors on peut se dire que ce serait peut-être encore pire sans ces derniers... :x Il est clair qu’en France il y a un désintérêt généralisé pour le fret ferroviaire, sauf peut-être de la part de certains chargeurs qui ne trouvent pas leur compte dans la situation actuelle. :bof: Je serais curieux de savoir quelle est la situation des ÖBB et plus généralement de l’Autriche pour le fret ferroviaire en comparaison.

Domi
"You may not be aware that I’m the captain’s sexual adviser.”

“Well, no, I didn’t know that.”

“Yeah, because whenever I speak up, he says, ‘If I want your fucking advice, I’ll ask for it.’ ”
Avatar de l’utilisateur
domi
FL 300
 
Messages: 4471
Âge: 54
Enregistré le: 18 Déc 2007, 11:10
Localisation: Neuilly sur Seine (92) et La Petite Verrière (71)

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar CarloDiGhega
22 Mai 2018, 22:56

malheureusement dans le cas des transports marchandises l'existence des entreprises de transport seulement n'est pas assez, il faut aussi l'infrastructure.

Les transports ferroviaires dépendent fortement de l'existence des chemins de fer secondaires. Mais ils sont grosso modo abandonnées en France. Et voici nous avons pareillement une vide économique. Si une région veut conserver une ligne, mais la SNCF ne veut pas, elle peut demander qui?

Tu te souviens certainement de notre discussion "relancer le fret", ou je disais exactement la même chose : pas de marchandises sans secondaires, tu me confirmais cette théorie indirectement avec la description du fonctionnement des short lines aux Etats Unies. En Suisse, Allemagne et Autriche ces Short Lines ont leurs équivalents dans les petites entreprises d'infrastructure des Länder ou des communes.

Et je reste convaincue, que ces secondaires ne sont pas seulement importants pour les activités ferroviaires, je suis convaincue, qu'il y'a un effet vice-versa. L'existence des chemins de fer secondaires est pareillement important pour l'existence et développement des industries. Ils sont une instrument de la politique de l'industrialisation: si les secondaires disparaissent, les industries disparaissent aussi, si on garde les secondaires, les industries ont une tendance de rester.
Avatar de l’utilisateur
CarloDiGhega
Bavard
 
Messages: 1196
Âge: 52
Enregistré le: 12 Jan 2010, 21:36
Localisation: region parisien (78)

Re: Bonnes et mauvaises nouvelles du rail français

Messagepar SAVAJOL
23 Mai 2018, 00:14

C'est l'aménagement du territoire. :cool:
RMB Gennevilliers
SAVAJOL
 
Messages: 367
Âge: 45
Enregistré le: 24 Fév 2013, 12:34

PrécédenteSuivante

Retourner vers Photographies et actualités ferroviaires

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités